« Je suis passé de 1 000 à 4 000 poules pondeuses »

Diplômé en élevage et sans argent pour se mettre à son propre compte, Dacines Ngongang a « prêté » ses services de « meilleur technicien » à un poulailler.

 Après son probatoire, sa famille ne pouvait plus financer ses études. Dacines Ngongang s’est rendu un soir auprès de son oncle et lui a dit : « s’il te plaît papa, j’aimerais faire une formation en élevage». Son oncle l’a longuement observé. Il a financé sa formation au centre polyvalent d’agriculture et d’élevage de Badjoun, (Ouest du Cameroun).

 

« Une fois mon diplôme en poche, je savais que je n’avais vraiment personne au monde. J’ai commencé à chercher du travail. J’ai bossé dans un poulailler à Bafoussam (Ouest). Mais, la grippe aviaire a tout décimé. Mon patron  actuel a entendu parler de moi. J’étais le meilleur et il m’a embauché. C’était en 2011 »

 

Dans ce poulailler à Kekem, commune d’environ 30 000 habitants, Dacines découvre que le « patron » a acheté 1000 poules pondeuses d’un jour. Le jeune technicien les chauffe, nourrit et nettoie, jour et nuit. Au bout de six mois, elles commencent à pondre. Il collecte environ 900 œufs par jour.

« Deux ans plus tard, mon patron a acheté 2 000 autres poules pondeuses et aujourd’hui, nous en avons 4 000. Par jour, nous avons en moyenne 3 000 œufs, parfois 2 000. Cela dépend des saisons ».

Débout dès 6 h du matin, il nettoie le poulailler, nourrit et donne à boire aux poules. Les ramassages des œufs se font  à 8 h et 16 h.  Dacines est aidé par un ami.

Une fois le ramassage assuré, les œufs sont classés dans les alvéoles et acheminés vers des boutiques, marchés et villages environnants.  

Chaque mois, Decines Ngongang perçoit un salaire. Il préfère garder le montant pour lui. Grâce à cette activité, le jeune homme âgé de 32 ans et père d’un enfant, a pu acheter un terrain sur lequel il compte construire une belle maison.   

Un conseil aux jeunes ? « Si vous êtes issu d’une famille pauvre comme la mienne, vous pouvez vous en sortir. Aimer ce que vous faites, formez vous, économisez et associez vous à ceux qui ont de l’argent ou la connaissance. Plus tard, vous serez le meilleur éleveur et posséderez votre propre poulailler. C’est mon rêve ! » 

 

En avril 2017, Decines Ngongang a obtenu le premier prix élevage volaille lors du mini-comice organisé par sa commune. Sa première récompense!

Josiane Kouagheu

Agriconseil du mois

Quand vous voulez vous lancer dans l'agriculture, si vous le voulez vraiment, lancez-vous. De nombreuses personnes vont tenter de vous décourager. Foncez en cherchant toujours à apprendre sans avoir peur d'échouer. Faites de l'agriculture votre métier et vous ne manquerez jamais de rien», Carine Poupoum, 33 ans, jeune agricultrice à l'Est du Cameroun. Elle épargne 500 000 F. Cfa par an grâce à la terre.

ad-banner3